Ceci n'est pas une pipe

Posté par poulpi le 12/05/14

Depuis des temps immémoriaux, l’homme a toujours éprouvé le besoin de laisser une marque, une trace de son passage sur terre. Avant que l’écriture ne devienne la norme, il y eu … les arts plastiques (à partir de maintenant vous risquez de lire cet article avec la voix off digne d’une bande annonce à suspens et un souvenir confus de vos années collèges).

Depuis les tags dans les grottes de Lascau jusqu’à la Joconde, nombreuses sont les œuvres graphiques qui ont perdurées au travers du temps. On pourrait bien entendu dire que c’était mieux avant (©) quand les gens passaient des années à peaufiner leur art tandis qu’aujourd’hui faire un selfie sur Instagram avec un filtre rétro est devenu notre première source d’expression visuelle. Mais ça serait sortir du cadre de cet article (sisi il y en a un, enfin, je crois…).

On l’aura compris, que les œuvres soient graphique ou écrites, le but est tout de même de perdurer après que celui qui les a produites ne vienne à rencontrer le moment le plus fatal de son existence. En effet, vouloir faire partager son savoir ou son avis, c’est avant tout essayer de le diffuser pour qu’il existe à l’extérieur de soi. Ce paragraphe digne d’une dissertation de philosophie de 1èreS est vendu séparément à cet article : adressez vous à mon agent Neda B. pour connaître les tarifs.

Tu l’auras compris lecteur, je vais ici parler exactement de l’inverse de ce dont je parlais dans mon introduction. Si c’est une figure de style je veux bien connaître son nom, sinon je brevette le concept. Il s’agit bien entendu du télécran, ou l’art de saccager des dessins éphémères.

Car ne nous y trompons pas, le télécran est avant tout un objet avec lequel on rate toujours ce qu’on veut faire. Un peu comme un cosplay de Johnny Hallyday, on a bien du mal à réussir un truc quand on en porte un.

Je suis pas mal artiste maudit en fait. Surtout maudit.

Dessiner avec celui-ci est un peu comme jouer au loto, tu essayes et tu te sens juste un peu plus con après. Un peu plus pauvre aussi. On raconte aussi que cet objet des temps anciens fut très utilisé comme test de dépistage de l’autisme : on demande à l’enfant de faire un rond. Imparable.

Mais enfin, celui-ci pourra aisément compléter votre collection de babioles qui raviront vos amis lors de petites sauteries autour d’une petite bouteille de vin. Il secourront avec nostalgie ce reliquat de leur enfance en se disant qu’ils étaient vraiment idiots lorsqu’ils étaient gamins. Passé quelques bouteilles, ils le saisiront à nouveau et essayeront sans doute de dessiner un phallus.

Mais ça c’est parce qu’ils sont devenus vraiment con avec le temps (et l’alcool, et la méca flux, et les systèmes complexes).